Rechercher
  • Serge Meresse

Franchise et Médiation face à la crise du COVID 19

La franchise s’est développée sur des marchés en expansion poussés par une forte consommation, ce qui permettait aux franchiseurs de s’implanter rapidement sur le territoire et d’acquérir des parts de marché en minimisant les risques et les coûts qui étaient assumés localement par les franchisés en contrepartie de quoi ceux-ci accédaient directement au marché des produits du franchiseur en réduisant leurs risques.


Le modèle économique reposait sur la croissance.


Or la crise du COVID 19 va profondément modifier la consommation, l’offre et la commercialisation des produits et services. Il est acquis aujourd’hui que la crise économique sera profonde et que les activités commerciales et industrielles ne pourront pas reprendre avant plusieurs mois dans les conditions d’avant.


Pour survive, la franchise devra se transformer radicalement pour continuer de vivre dans une économie en récession.

Deux temps sont prévisibles.


Il faudra d’abord faire l’état des lieux. Le confinement et la fermeture de la quasi-totalité des commerces a brutalement stoppé la consommation ce qui crée de très lourdes difficultés aux entreprises malgré les importantes aides d’état qui ne pourront pas répondre à tous les besoins. Les entreprises fragiles avant la crise risquent de disparaitre faute de ressources propres ou de perspectives de redressement à terme. Certains voudront ou devront arrêter leur activité, d’autres voudront la poursuivre et d’autres en changer. Il faudra dans chaque réseau faire l’inventaire de ceux qui restent et de ceux qui partent en aménageant les conditions de sortie sans délais.


Dans un second temps il faudra revoir en profondeur les relations avec ceux qui resteront pour s’adapter au nouveau contexte.


Les sujets à traiter sont nombreux. Quelques exemples non exhaustifs :


Comment aider les franchisés en difficulté à cause du COVID ? Comment s’adapter à la baisse de la consommation probable ? Comment aménager le concept et les locaux aux contraintes sanitaires ? Comment gérer les entrées/sorties des clients dans les magasins et les queues extérieures sans décourager l’attente ni impacter le chiffre d’affaires ? Comment choisir certains produits sans contacts ? L’offre commerciale ne risque-t-elle pas d’être moins large et moins profonde ? Comment seront assurés les approvisionnements des produits importés ? Faut-il libérer les approvisionnements en dehors du franchiseur ou des fournisseurs référencés pour achalander les magasins localement avec des produits substituables ? Comment adapter la masse salariale à la baisse d’activité tout en maintenant le service ? Comment baisser le seuil de rentabilité pour l’adapter aux baisses des chiffres d’affaires et des marges ? Si la survie des franchisés est en jeu, ne faut-il pas supprimer toutes les redevances de franchises pour privilégier le maintien du magasin et de l’enseigne dans l’intérêt supérieur du réseau nonobstant la nécessité de négocier avec les banques et les bailleurs une baisse des charges avec le soutien du franchiseur dont l’enseigne sera sécurisante.


Chaque réseau devra revoir son modèle économique pour l’adapter aux nouvelles contingences et aux nouveaux comportements des consommateurs.


Tous ces sujets obligeront le franchiseur et les franchisés à se concerter. Il leur faudra redéfinir ensemble et de bonne foi les priorités qui assureront la sauvegarde de l’enseigne et du réseau dans l’intérêt de chacun. Il faudra redéfinir le savoir-faire parce que l’ancien ne sera plus adapté aux contraintes du post-COVID ainsi que les droits et obligations des uns et des autres. Il faudra évidemment de la part de chacun beaucoup de compréhension et d’écoute dans l’intérêt commun du réseau. Outre la négociation directe et avec les associations du réseau, la médiation sera un allié précieux.


Ces changements profonds obligeront chacun à changer sa façon de penser, de se comporter et d’agir. Les relations verticales d’avant devront céder la place aux relations horizontales parce qu’il faudra mobiliser toutes les énergies, toutes les compétences et tous les moyens pour sauver l’essentiel.


Il est souhaitable aussi que les conflits du passé puissent être purgés amiablement rapidement pour reconstruire sur du neuf car le chantier à entreprendre est suffisamment considérable pour ne pas continuer à perdre du temps et de l’argent dans des procédures dépassées par les évènements.


Toute crise porte en elle les germes d’un renouveau. Souhaitons que tous les acteurs de la franchise saisissent ces circonstances exceptionnelles pour construire ensemble un nouveau modèle adapté aux temps nouveaux.

12 vues

Posts récents

Voir tout